Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2005 6 15 /01 /janvier /2005 00:00
Le mot « photogénique » ne peut pas être bien utilisé. Si l’on prend la définition exacte, une personne photogénique a une image dont le rendu est meilleur en photo qu’en réalité. Ainsi dire à une femme qu’elle est photogénique en regardant son portrait revient au tact de la phrase : « Tiens, tu es belle aujourd’hui ». Pourtant, lorsque l’on dit à une femme qu’elle n’est pas photogénique, elle prendra cela comme une insulte et non comme un compliment ; car elle aime se regarder et être admirée en photo.

J’ai donc rayé ce mot de mon vocabulaire, d’autant que je suis souvent étonné devant des clichés médiocres de femmes selon moi très belles.

Ce dernier point m'a taraudé et j’en ai déduit une théorie liée à deux observations.

La première provient d’une expression : « un miroir ne ment jamais », qui se passe d’explication.

La seconde découle de la correction optique de notre regard opéré par notre cerveau. Je développe avec quelques exemples.

Lorsque nous regardons le cliché pris sans flash d’une salle blanche éclairée par une lumière jaune, celui-ci nous apparaît fausse car… jaune. Les murs de la salle étaient blancs à nos yeux et le sont restés dans notre mémoire. Or, l’appareil a capturé la couleur objective tandis que nous percevions la couleur subjective, celle corrigée par notre cerveau. C’est évidemment cette couleur qui demeurera dans nos souvenirs et la photo semble ratée. Un mur blanc plongé dans l’ombre ne sera pas objectivement blanc bien que nous le voyions comme tel, mais gris sombre.

De même, tels que nous les voyons, les trottoirs d’une rue se croisent à leur point de fuite. Mais nous avons l’intuition de la perspective et nous savons que les droites sont parallèles. Notre cerveau recrée cette notion.

Revenons à notre sujet : nous appréhendons une femme revêtue du charme de ses mouvements, de sa voix, de la féminité qu’elle dégage ; de la sympathie, de l’amitié ou de l’amour que nous lui portons. Elle nous paraît ainsi très belle. Sa photo la déshabille de ces caractéristiques et restent seulement figées sur le papier ses qualités physiques intrinsèquement objectives.

Donc ?

Comme la couleur ou la perspective, notre cerveau corrige notre perception. La vérité est cruelle : une femme peu photogénique est effectivement moche.

Je viens de me faire beaucoup d’amies.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joël Bloch - dans Chronique
commenter cet article

commentaires

Qui suis-je ?

"J'étais celui qui avait plusieurs visages. Pendant les réunions, j'étais sérieux, enthousiaste et convaincu ; désinvolte et taquin en compagnie des copains ; laborieusement cynique et sophistiqué avec Marketa ; et quand j'étais seul (quand je pensais à Marketa), j'étais humble et troublé comme un collégien. Ce dernier visage était-il le vrai ? Non. Tous étaient vrais : je n'avais pas, à l'instar des hypocrites, un visage authentique et d'autres faux. J'avais plusieurs visages parce que j'étais jeune et que je ne savais pas moi-même qui j'étais et qui je voulais être."

Milan Kundera, La plaisanterie



"Si tu étais une particule, tu serais un électron : tu es petit et négatif."


Grégory Olocco



"Tu es un petit être contrefait simplement réduit à ses fonctions vitales."


Vincent Méli