Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2005 1 21 /03 /mars /2005 00:00
Contrairement à ce que j’avais annoncé dans Des pocket PC et des hommes posté début janvier, je n’avais pas acheté un tel appareil quelques jours après le Tsunami. Dégrisé par la catastrophe en Asie ?

Non.

Non, qui ne s’est pas penché sur un tel achat aux paramètres multidimensionnels ne peut en saisir l’effroyable complexité : à supposer que j’eusse fixé le modèle, il me restait à déterminer le lieu d’achat. Information capitale puisque les sites Internet proposant les articles offraient souvent dans les quarante pour cent de remise sur les prix constatés sous des enseignes telles que la Fnac – ce qui soulève encore cette étrange question : pourquoi des gens achètent-ils encore là ? Restait, en cette période de repli du dollar, à déterminer s’il n’était pas plus rentable d’acheter l’appareil aux Etats-Unis, le faire livrer chez un sbire parti là-bas pour profiter de surcroît d’un dégrèvement illicite de la TVA. Restait également à déterminer si, frais de port compris, extension internationale de garantie, douanier zélé faisant cracher la taxe, d’une amende pour passe frauduleuse assortie, commission bancaire liée au change, l’opération restait somme toute, une somme inextricable de plusieurs devises, profitable.
Quant au modèle, j’avais écarté le Fujistu pour sa non-compatibilité avec la norme Compact Flash ; il me fallait déterminer si le Dell Axim V50 Wifi Blue Tooth était plus rentable que le HP Ipaq HX2410 Wifi Blue Tooth. De comparer point à point leurs spécifications en lisant confusément les chiffres, tel un prêtre idolâtrant une divinité païenne espérant obtenir une réponse en regardant, hagard, les entrailles fumantes d’un gibier éventré.

On gagne de l’argent à vouloir faire des économies, mais l’on s’empoisonne la vie.

Sur une impulsion, je commandai l’engin en ligne il y a une dizaine de jours, et le reçus ce matin : le HP Ipaq HX2410. Un bijou de technologie. Cinq cent ving mégahertz, pas un de moins, dédié à la gestion de mon tumultueux agenda. Cent vingt-huit mégaoctets de mémoire pour secouer mon carnet d’adresses fier d’une vingtaine d’entrées. J’ouvris le carton avec frénésie.
J’aime commander sur Internet : outre payer beaucoup moins cher que la moyenne du peuple et me sentir ainsi spécial, outre la sensation grisante de, excuser moi du terme, niquer les grandes surfaces déjà citées, j’avais le sentiment, en recevant quelques jours voire semaines plus tard ma commande, que l’on m’offrait un présent. En effet, les délais étant suffisants pour que j’en oubliasse l’opération et j’étais le premier surpris lorsque le paquet surgissait à mon palier. Lorsque les sites le proposaient, j’allais même jusqu’à demander son emballage de papier-cadeaux : il faut savoir se faire plaisir. Se chouchouter. Ce cadeau est pour toi Joël. De ma part. Merci Joël.

Je sortis la boîte du carton. Par association d’idée avec le message que j’avais posté en ce début d’année, je repensai à la catastrophe en Asie, de laquelle mon attention, comme celle des médias, avait totalement décroché. J’ouvris la boîte. J’en étais resté à presque cent soixante mille morts. C’était un score suffisant pour que je puisse zapper la fin du film en me sentant rasséréné. L'engin était protégé dans une house. Petit, charmant, lisse et sans rayure. Je le reposai délicatement. Je défis le cellophane protégeant les multiples ouvrages. Restait si je ne m’abuse une incertitude sur les épidémies. Certificat de garantie. Livret présentant les différents accessoires. Guide de démarrage rapide. Les médias évoquaient à l’époque ce risque comme autant de promesse d’un doublement de victimes. Qu’en était-il ? Le socle de connexion à l’ordinateur arborait un design élégant. Je le manipulai précautionneusement. J’écartai le CD-Rom renfermant logiciels et manuels. Les dons avaient-ils été versés ? Avaient-ils pu sauver des vies ? Je re-parcourus les différents livrets. Les chaînes de télévision, constant la baisse d’audience d’un public lassé, avaient progressivement grignoté les minutes consacrées. Quel cynisme ! Mais dans quel monde v…

Attendez.

Nan mais vous croyez que les autres connards d’HP auraient été foutus d’inclure un manuel d’utilisation complet imprimé ? Putain mais dans quel monde vit-on ?!

Partager cet article

Repost 0
Published by Joël Bloch - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Elodie 02/08/2005 16:46

Moi aussi je fais 90% de mes achats sur le net, principalement sur le site venteprivée.com, et non seulement tu as l'impression de faire effectivement des "affaires", mais tu ne fais plus les boutiques pleines de monde, poursuivi par quelqu'un qui te tire la manche en te disant "on y vaaa ???" et qui te regarde d'un oeil réprobateur quand tu comptes claquer pour plus de 100€ de fringues, avec la carte bleue indiquant (ben oui, merde!) Melle Elodie. Tu évites tout ça et en plus t'as réellement l'impression de recevoir des cadeaux et ça c'est super super bon... Mmmm... les achats... Oh Oui !!!

Qui suis-je ?

"J'étais celui qui avait plusieurs visages. Pendant les réunions, j'étais sérieux, enthousiaste et convaincu ; désinvolte et taquin en compagnie des copains ; laborieusement cynique et sophistiqué avec Marketa ; et quand j'étais seul (quand je pensais à Marketa), j'étais humble et troublé comme un collégien. Ce dernier visage était-il le vrai ? Non. Tous étaient vrais : je n'avais pas, à l'instar des hypocrites, un visage authentique et d'autres faux. J'avais plusieurs visages parce que j'étais jeune et que je ne savais pas moi-même qui j'étais et qui je voulais être."

Milan Kundera, La plaisanterie



"Si tu étais une particule, tu serais un électron : tu es petit et négatif."


Grégory Olocco



"Tu es un petit être contrefait simplement réduit à ses fonctions vitales."


Vincent Méli