Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 06:34
Je déambule dans le sous-sol de la Fnac des Ternes entre les publicités pour jeu Playstation et les rangées de portables alignés. A ma gauche, une plantureuse jeune femme, la vingtaine, des cheveux longs et blonds et voluptueux, parle haut et fort d’une voix irrésistiblement pimbêche dans une Motorola Razor V3i rose bonbon et acier. Mon oeil attiré par la couleur chatoyante du cuir glisse jusqu’à ses hautes bottes de cowgirl urbaine, je les ai achetées sur vente privée c’est trop cool ce site faut aaaabsolument qu’j’te parraine c’est que du love, dépassant ses genoux, qui lui confèrent aux sommets de grands et larges talons une hauteur usurpée de dix bons centimètres. J’adopte ma technique de séduction habituelle avec les belles femmes, à savoir, les ignorer superbement ; technique éprouvée qui porte invariablement ses fruits puisqu’elles adoptent sournoisement la même en retour. Que les femmes sont fourbes...

Ne pas perdre de vue sa cible.

J’achève cette relation fusionnelle et destructrice tétanisée de non-dits, dépasse cette tentatrice et continue rapidement vers le fond du magasin : direction, les imprimantes photos A3. J’atterris devant l’Epson R2400 et la HP 8750. Coup d’oeil à gauche, coup d’oeil à droite, point de 9180 sur la ligne d’horizon.

Je m’approche du comptoir derrière lequel fourmillent les vendeurs en livrées jaunes et vertes. Devant moi, un bellâtre au regard d’acier d’un Brad Pitt frayant à la proue d’une trirème, mâchoires carrées identiques au susvisé acteur, serrées pour renforcer une virilité de minet, semble disponible dans sa carrure bodybuildé d’abonné au Club Med Gym de Levallois Perret.

- Bonjour, lui adressé-je en guise d’introduction.
Il arrête ma phrase d’un geste autoritaire de la main, paume brandie tel un élu de la Matrice arrêtant une rafale de fusil mitrailleur. De se retourner vers son voisin.
- Tu manges où à midi ?
La Fnac est à votre écoute...
- Avec toi si tu veux.
- Ok. Oui ? se retournant vers moi.
Son regard s’arrête à quelques centimètres à ma gauche, ses lèvres taillées au couteau de vétéran du 'Nam esquissent un sourire énigmatique de Joconde masculine et séductrice. Son regard adopte un mouvement de balayage vertical, du sol à hauteur d’yeux, ce regard typiquement masculin et presque instinctif évaluateur de mensurations. A juger par sa mine réjouie, je table sur un bon 90-70-85.

- Je voulais me renseigner sur les imprimantes jet d’encre A3.
Ses yeux clignotent vers moi, son sourire se relâche.
- Oui ?
- L'epson R2400 et la HP 9180.
Son attention redépasse mon oreille, reprend son balayage vertical de mufle, et c’est distraitement qu’il me répond
- Vous vouliez savoir quoi ?
Tiens donc. Deux imprimantes A3 jet d’encre photo. Que peut-on bien vouloir savoir ?
- Laquelle était la meilleure pour imprimer une saucisse de Francfort photographiée avec une brouette, Khônard !
La tentation est forte de lui formuler cette réponse, qui serait malgré tout vaine pour EXISTER, concentré qu'il est sur mon flanc, sourire à nouveau flottant sur ses lèvres carnassières. Dans la commissure de mon regard je devine ma bottée.
- Je ne vois pas la HP9180. Vous l'avez ?
- La quoi ?
- La HP 9180.
- Je regarde si j’ai la référence.

Hum.

- Non c’est bon ça va aller.

De faire volte-face, devant ma cowgirl plus plantureuse que jamais, (90-70-90 je relève rapidement, pas si loin), qui sera certainement plus douée que moi à extraire des informations de ce pantin écervelé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joël Bloch - dans Récit
commenter cet article

commentaires

Guillaume 02/11/2006 16:23

bien vue le "ma bottée"

Qui suis-je ?

"J'étais celui qui avait plusieurs visages. Pendant les réunions, j'étais sérieux, enthousiaste et convaincu ; désinvolte et taquin en compagnie des copains ; laborieusement cynique et sophistiqué avec Marketa ; et quand j'étais seul (quand je pensais à Marketa), j'étais humble et troublé comme un collégien. Ce dernier visage était-il le vrai ? Non. Tous étaient vrais : je n'avais pas, à l'instar des hypocrites, un visage authentique et d'autres faux. J'avais plusieurs visages parce que j'étais jeune et que je ne savais pas moi-même qui j'étais et qui je voulais être."

Milan Kundera, La plaisanterie



"Si tu étais une particule, tu serais un électron : tu es petit et négatif."


Grégory Olocco



"Tu es un petit être contrefait simplement réduit à ses fonctions vitales."


Vincent Méli