Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2005 6 25 /06 /juin /2005 23:00

Dans une brise fraîche, les bourgeons timides se déploient en fleurs aux couleurs éclatantes et chatoyantes, pour se prélasser doucement au Soleil cong. Le plaisir revient dans les regards des hommes, une jubilation presque infantile, souvent sexuelle, illumine ceux des femmes qui, légèrement vêtues, tendent leurs gorges généreuses, leurs jambes graciles et plantureuses, leurs sourires enjôleurs tandis qu’elles marchent, chaloupées, sur leurs orteils grenats dénudés… autant d’appâts irrésistibles.

 

L’appétit se lit partout, la fringale d’un temps plus doux, l’urgence de savourer le retour à un climat meilleur, plus propice aux loisirs. Les bicyclettes roulent, les flâneurs flânent, les couples enamourés se caressent, palpent leurs corps de leurs corps et leur langue de leur langue, assis ostensiblement dans les lieux publics, criant avec un autre alphabet la jouissance d’être en vie, d’aimer et d’être aimé. Chlourp chlourp.

 

Les maillots étroits éclosent dans les parcs sur des bronzages huilés, des croupes rebondies et des tétons roidis et hirsutes, croustillants, sourdent sous des étoffes trop fines… autant de promesses de nuits torrides, d’accès à des sanctuaires de tendresse inavouée.

 

Le monde renaît de la froideur, le monde renaît au plaisir.


Pour toutes ces raisons, le printemps est la saison qui dénombre le plus de suicides.


Ouf ! Nous sommes sauvés pour cette année : voilà l’été.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joël Bloch - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Qui suis-je ?

"J'étais celui qui avait plusieurs visages. Pendant les réunions, j'étais sérieux, enthousiaste et convaincu ; désinvolte et taquin en compagnie des copains ; laborieusement cynique et sophistiqué avec Marketa ; et quand j'étais seul (quand je pensais à Marketa), j'étais humble et troublé comme un collégien. Ce dernier visage était-il le vrai ? Non. Tous étaient vrais : je n'avais pas, à l'instar des hypocrites, un visage authentique et d'autres faux. J'avais plusieurs visages parce que j'étais jeune et que je ne savais pas moi-même qui j'étais et qui je voulais être."

Milan Kundera, La plaisanterie



"Si tu étais une particule, tu serais un électron : tu es petit et négatif."


Grégory Olocco



"Tu es un petit être contrefait simplement réduit à ses fonctions vitales."


Vincent Méli