Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2005 6 20 /08 /août /2005 23:00
" Fonctionnement :
1 - Installez l'application sur votre ordinateur.
2 - Connectez le câble USB dans un port disponible sur votre ordinateur.
3 - Lancez le logiciel. L'application vous guide tout au long du processus de création et d'enregistrement du profil du moniteur.
4 - Lorsque vous ne vous servez pas de l'instrument, rangez-le dans un endroit sûr et non poussiéreux. "

Je relus une seconde fois le guide d'installation de la sonde colorimétrique dont je venais de faire l'acquisition. Le but : étalonner les couleurs du moniteur afin que les couleurs perçues à  l'écran soient rigoureusement identiques à celles d'un tirage papier. Qui ne s'est pas penché sur un tel problème ne pourra en saisir la savante technicité : profil d'acquisition des périphériques d'entrées, profils colorimétriques des moniteurs, espace de couleurs sRGB-IEC61966-2.1, gamut 2.2, format d'épreuves des périphériques de sortie, compensation colorimétriques et engraissement de l'encre... la chaîne de couleurs : autant de notions à prendre en compte pour obtenir des images fidèles, ce qui m'éviterait à l'avenir de déchirer des nus de Natacha dont les tétons grumeleux, hirsutes sur ses formes parfaitement rebondies, étaient intégralement plongés dans l'ombre... J'avais donc acheté cet étrange objet aux formes ovoïdes sub-terriennes se collant sur l'écran tel un parasite assoiffé d'énergie, mesurant les informations d'une mire logicielle fournie afin d'obtenir la compensation colorimétrique tant attendue. J'approchais du bout du tunnel : un écran étalonné était la clef.

" 1 - Installez l'application sur votre ordinateur ".
J'insérai le disque et installai l'application sur mon ordinateur.
" 2 - Connectez le câble USB dans un port disponible sur votre ordinateur. "
Je connectai le câble USB dans un port disponible sur mon ordinateur. Je suis un garçon plutôt docile. Une fenêtre jaillit et afficha ce message rassurant : Détection automatique X-Rite DTP94, copie en cours. De petites feuilles s'animaient en s'envolant vers une destination inconnue.

"Erreur : fichier introuvable."

Règle numéro un : ne pas s'énerver. J'inspirai profondément.

De réessayer, d'inspecter le disque à la recherche du pilote manquant, de trifouiller plus ou moins adroitement dans les replis du système rebelle afin d'explorer toutes les tentatives possibles du quidam lambda que je suis, somme toute rompu à l'usage d'un PC, pour configurer un périphérique dont l'installation ne se passe désespérément, tragiquement pas, si traditionnellement pas comme prévu putain.

Règle numéro un : ne pas s'énerver. J'inspirai profondément en tremblant.

J'allai sur le site Internet du fabriquant en maugréant, à force de recherche trouvai une page référençant mon problème, proposant une solution à grand renfort de photos d'écrans vicieusement absentes putain de bordel. Une autre page m'indiqua les heures d'ouverture du support téléphonique, du lundi ou vendredi de 10h à 17h, heures auxquelles je ne pouvais être devant mon ordinateur pour suivre leurs instructions. J'envoyai un courrier électronique au constructeur ; après quelques échanges ils me notifièrent  avoir bien noté mon problème, leur distributeur allait me rappeler. Le distributeur ne me rappela pas putain de bordel de merde.

J'appelai en dernier ressort la boutique où j'avais acheté l'engin récalcitrant. Vous avez un Mac ou un PC ? me demanda le vendeur. Un PC. Oui bien sûr, pourquoi ai-je posé la question renchérit-il aussitôt, les problèmes que nous rencontrons sont toujours sur PC. Malheureusement notre spécialiste est en vacances, pouvez-vous rappeler la semaine prochaine ? C'est plus simple sur Mac ? Oui, c'est plus infiniment plus simple sur Mac.

Il y a des instants où l'on ressent comme un glissement, une cassure psychologique s'accompagnant d'un picotement électrique remontant l'échine et hérissant légèrement la racine des cheveux. Je sentis en cette minute décisive cette fracture tectonique dans mon esprit.

Gonflé d'une pulsion rageuse presque sexuelle de dépenser, j'allai le week-end suivant à la Fnac des Ternes, à l'heure où la campagne n'est plus si blanche, descendis au rayon informatique, me postai devant les Apple blancs immaculés que je reluquai comme un pervers libidineux posté un samedi midi à la sortie d'une maternelle : c'est tout petit tout mignon tout serré, cela n'a jamais servi et cela ne demande qu'à être tripoté.
Un vendeur s'approcha de moi. Je peux vous aider ? Oui, cela swap*, un Apple ? Oui, répondit-il un peu étonné. Ok, je prends ça, repris-je en tambourinant d'un doigt sec un Powerbook 12'' Combo. Voulez-vous une extension de garantie ? Ce n'est pas solide Apple ? Si, comme le reste. Alors non. Je pris la facture et me rendis avec allégresse en caisse, le sexe lové et gonflé dans mon slip, pas tout à fait roide mais presque, fis gicler la carte bleue de son fourreau de cuir et tapai avec détermination mon code pour décharger mes euros au crédit du magasin.
Je rentrai chez moi grisé par un sentiment de puissance, Veni Vedi Visa, je suis venu, j'ai vu, j'ai payé, cette satisfaction béate de la dépense boulimique, qui, à l'inverse d'une joute charnelle, n'est pas suivi d'une dépression post-coïtale : bien au contraire, si l'argent était dépensé, l'énergie dépensière, elle, farouche et violente, était intacte, et, tandis que je branchai mon nouveau portable pour charger ses batteries, elle devint amère et harassante, contractait mon visage en une moue frustrée, noircissait mes orbites du fond desquelles mon regard assassin poignardait de manière erratique tout ce qui tombait à sa portée. Les mâchoires serrées et craquantes, dans la touffeur de cet après-midi d'août, j'avais besoin de quelque chose sur lequel taper stupidement, d'un nouveau gros joujou à acheter inutilement, d'un sport impossible à pratiquer frénétiquement. D'une femme à aimer violemment.

La charge effectuée, j'allumai mon nouveau compagnon. Je fis rapidement le tour du système amical et vierge, dont les couleurs chatoyantes caressait mon œil et accroissait mon exaspération. De mon PC, je cherchai sur Internet des applications Apple à installer. En vain. Ma fureur contenue continuait son œuvre de destruction, j'étais exténué. J'envoyai un courrier électronique piteux à mes camarades afin de quémander les logiciels basiques dont j'avais besoin.
En attendant leur réponse, je rappelai la boutique. Est-ce que vous avez essayé de réinstaller le logiciel ? Non. Est-ce que vous pourriez le faire ? Mais il fonctionne très bien. Cela ne coûte rien d'essayer. J'obtempérai, fis redémarrer Windows, sceptique, et celui-ci, devant mon incrédulité, reconnut la sonde. Le logiciel marchait, je n'avais pas eu l'idée de le réinstaller, balbutiai-je. Cela arrive, me répondit-il d'une voix condescendante de maître. Cela aurait été plus facile sur Mac, non ? Je veux dire, il y a moins de problème sur Mac n'est-ce pas ? Je bredouillais cette question inutile dans l'espoir absurde de me rasséréner. Non, il y a autant de problème, c'est vraiment pareil.

Je raccrochai, l'œil terne, tous mes muscles affaiblis par cette dépression post-coïtale, finalement si, la voilà, qui n'a été précédée d'aucune jouissance si ce n'est celle, éphémère, d'une dépense stérile. Je me retournai vers le petit portable, vierge effarouchée inaccessible, qui me narguait, puis retournai à mon premier amour, mon PC, pour étalonner son écran. Afin de pouvoir continuer à travailler et oublier.




* Utilisation du disque dur comme mémoire vive lorsque celle-ci est pleine, ce qui permet d'utiliser plus de mémoire que l'ordinateur n'en a réellement. [NdT]

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joël Bloch - dans Chronique
commenter cet article

commentaires

Obno 28/08/2005 17:56

Heureusement qu'on vous demande pas de monter une sonde de Swan-ganz.

L'Affreux Jojo 23/08/2005 21:10

Linux ? C'est quoi ? Ah si ! Le système avec un pinguin agressif qui faut la carte vidéo ni trop vieille ni trop récente pour afficher correctement quelque chose en 800x600 !
Je veux aller vers le plus simple, pas vers le post-doctorat pour gérer un système d'exploitation. Et mon but, c'est faire de la retouche photo, pas de l'administration réseau ni des inversions de matrice pré-hilbertiennes !

Et vi, c'est quand même chiant comme éditeur...

xavier 23/08/2005 20:26

Pffff ... c'est normal ... il fallait passer sous Linux !!

L'Affreux Jojo 23/08/2005 14:57

Bah pour être tenu informé, justement il faut s'inscrire à la Newsletter utilisant le mini-formulaire sur la colonne de droite.

chris 23/08/2005 12:50

Tu vois Jojo, je crois que la force d'un écrivain c'est de partir de rien et d'en faire un truc pas possible, genre extraterrestre en train de faire les poubelles. C'est un bon texte, vivant, gai, cynique. J'aurais aimé l'avoir écrit !!! A en avoir des complexes.
Comment tu vas ? En forme à priori ?... Tiens-moi informé de tes parutions, tu me donnes à chaque fois le courage de tout lâcher !
A plus.

Qui suis-je ?

"J'étais celui qui avait plusieurs visages. Pendant les réunions, j'étais sérieux, enthousiaste et convaincu ; désinvolte et taquin en compagnie des copains ; laborieusement cynique et sophistiqué avec Marketa ; et quand j'étais seul (quand je pensais à Marketa), j'étais humble et troublé comme un collégien. Ce dernier visage était-il le vrai ? Non. Tous étaient vrais : je n'avais pas, à l'instar des hypocrites, un visage authentique et d'autres faux. J'avais plusieurs visages parce que j'étais jeune et que je ne savais pas moi-même qui j'étais et qui je voulais être."

Milan Kundera, La plaisanterie



"Si tu étais une particule, tu serais un électron : tu es petit et négatif."


Grégory Olocco



"Tu es un petit être contrefait simplement réduit à ses fonctions vitales."


Vincent Méli